Des vikings découverts dans la région des Grands Lacs américains

Entre la fin du VIII ème siècle et celle du XI ème siècle, les Vikings ont sillonnés de vastes zones du nord et du centre de l’Europe, ainsi que la Russie européenne, grâce à leurs extraordinaires compétences en navigation. Nous savons depuis les années 60 qu’ils ont aussi débarqué sur le continent américain, confirmant ainsi les récits légendaires, car des restes d’une colonie ont été découverts au Canada, dans l’Anse aux Meadows, dans la province de Terre-Neuve. Nous apprenons aujourd’hui que les vikings sont descendus bien plus bas.

Au cours de travaux réalisés près des rives de la rivière Hudson, des vestiges archéologiques d’un village nordique datant du IX ème ou X ème siècle de notre ère ont été mis à jour. Six bâtiments ont été découverts, construits en gazon posé sur un châssis de bois. Quatre d’entre eux semblent être des logements (le plus grand mesure 27 X 13 m, composé de plusieurs salles), et deux autres des ateliers : une forge et une menuiserie. On estime cette colonie temporaire peuplée par plus d’une cinquantaine d’individus.

Les archéologues ont aussi découvert neuf squelettes : quatre hommes adultes, deux femmes adultes et trois enfants. Seul l’un des guerriers avaient reçu une sépulture appropriée, étant placé dans un tombe avec son arme et ses effets. Les autres squelettes présentaient des traces de blessures violentes et semblent avoir été tout simplement abandonnés sur place par leurs agresseurs.

Une grande quantité d’armes indigènes (pointes de flèches en silex) retrouvées sur le site suggère que les Vikings auraient été attaqué par les autochtones de la région. Semble-t-il, tous ne sont pas morts, car d’autres sont repartis à la hâte en oubliant sur place des bijoux, comme des broches, épingles et anneaux de bras, principalement en argent et ivoire de morse. Les archéologues ont déterré également des pots de fer, poteries, lampes à huile, outils, pierre à aiguiser, pièces de monnaie, ainsi que quelques armes brisées et des morceaux d’armure.

C’est la première colonie viking découverte dans la région des Grands Lacs d’Amérique du Nord, ce qui peut beaucoup nous apprendre sur l’étendue réelle de leur réseau commercial sur le continent. Le site est stratégiquement situé pour permettre le contrôle des voies menant à la fois au lac Michigan et au lac Érié, tout en permettant un accès navigable au bassin du Saint-Laurent et vers l’océan Atlantique.

Les scientifiques pensent que cet emplacement pourrait être la colonie nordique légendaire connu sous le nom de «Vinland» (« Terre du vin »), mentionné dans le sagas islandaises. Le raisin sauvage était en effet présent dans de nombreuses régions de la vallée de l’Hudson.

En conclusion de cette histoire intéressante, nous devons avouer qu’elle n’est pas vraie. Vous y avez cru, nous aussi. Espérons que de vraies preuves seront découvertes un jour, car une implantation viking plus au sud est tout à fait dans le domaine du possible.

Be Sociable, Share!