L’aventure du Viracocha III

Nous avons régulièrement témoigné dans ce blog de projets de reconstitution nautique, le plus souvent méditerranéens. Aujourd’hui nous allons traverser l’Atlantique pour nous rendre en Bolivie. C’est là qu’en 2016 a commencé la construction d’un navire de roseaux. Ce projet d’archéologie expérimental vise à comprendre les méthodes de navigation des populations locales précolombiennes.

Le navire s’appelle Viracocha III. Il mesure 19 mètres de long, 5 mètres de large et 2 mètres de hauteur. Dans sa partie supérieure couronnée de trois mâts, on compte deux cabines : une qui servira de chambre à coucher et l’autre cuisine, salle à manger et salle de navigation. Il s’agit de la réplique d’un bateau utilisé par les autochtones qui naviguaient autrefois sur le lac Titicaca qui partage la Bolivie et le Pérou. Il est l’œuvre d’artisans experts issus du groupe ethnique Ayamara.

Il y a peu, le Viracocha III a été lancé à la mer, sur une plage d’Arica, au nord du Chili (à 2 800 km au nord de Santiago), d’où il doit débuter un long périple qui doit le mener en Australie. Une centaine de personnes ont assisté à la mise à l’eau. Trois années que les auteurs du projet et tous les bénévoles attendaient ce moment. L’équipage se compose de huit équipiers. A présent ils attendent le départ, ancrés à 200 m de la plage. Leur voyage devrait durer 5 mois.

L’équipage est dirigé par l’américain Phil Buck, qui en est à sa troisième expérience à bord d’un de ces navires de roseaux. En 2003, Buck a navigué sur Viracocha II, depuis la station thermale de Viña del Mar (Chili central) jusqu’à Sidney. Après 75 jours, il dut abandonner la mission à l’île de Pâques.
Deux ans auparavant, Viracocha avait effectué un voyage réussi entre Arica et l’île de Pâques. Le reste de l’équipage vient du Chili, de la Bolivie, de l’Angleterre, de l’Ukraine, du Danemark, de l’Afrique du Sud et de l’Italie.

Les photos de cet article proviennent de leur page facebook.

 

Be Sociable, Share!