Les fanfares des hussards d’aujourd’hui

Après avoir évoqué la nouba des tirailleurs algériens la semaine dernière, intéressons-nous brièvement aux fanfares des hussards. Plusieurs régiments actuels de l’armée française se sont dotés en effet depuis quelques années d’une fanfare costumée généralement avec des uniformes du Ier Empire. Beaucoup sont des régiments de hussards, comme le 1er, 2e, 3e ou 8e hussards, anciennement cavaliers et aujourd’hui montés sur armes blindées ou parachutistes.

Ces fanfares ne respectent peut-être pas toujours la composition des fanfares impériales, de part le nombre et la nature des instruments employés, mais la volonté de faire revivre les traditions de nos grands anciens est plus que louable. Elles sont les ambassadrices de leur régiment respectif, mais aussi plus largement de l’armée française, lorsqu’elles se produisent dans les différents festivals, civils et militaires, où elles sont conviées, tant en France qu’à l’étranger. Ces hommes sont en effet tous des soldats en premier lieu, et des musiciens accomplis ensuite. Leur répertoire se compose naturellement de musiques anciennes, de cavalerie bien sûr, mais aussi plus récentes.

Leur tenue se veut une reconstitution exacte de celle portée par les hussards de Napoléon. Certes, l’uniformologue pointilleux y trouvera quelques éléments à améliorer, notamment sur les shakos ou colbacks, ou encore les bottes ; ces dernières étant souvent la bête noire des reconstituteurs. De même, les flammes de leurs trompettes et de leurs tambours sont décorées de l’insigne moderne de leur corps, mais leur ambition n’est pas non plus de constituer un groupe de reenactment aussi précis que possible. Cependant, beaucoup n’ont pas hésité à refaire une partie de leur uniforme pour qu’il soit plus conforme aux ordonnances d’habillement, comme c’est le cas récemment de la fanfare du 8e régiment de hussards d’Altkirch. Celle du 2e régiment s’est montrée très soucieuse de l’exactitude historique en faisant faire ses uniformes durant ces deux dernières années.

« Coup de shako »  à ces fanfares hautes en couleurs qui font revivre pour nous et pour les spectateurs venus les admirer des pages glorieuses de notre histoire.

Be Sociable, Share!