Reconstitution du casque en or d’un roi anglo-saxon du VIIe siècle

Si le casque romain du Haut-Empire est bien connu du grand public, celui du Bas-Empire est plus mystérieux. On en connaît cependant bien la forme composite désormais, et certaines découvertes archéologiques nous montrent plusieurs spécimens de très belle facture, fabriqués pour le compte d’officiers de haut rang. De tels casques ont équipé des chefs de guerre ou des rois anglo-saxons. Jusqu’à ce jour on n’en connaissait que quatre. Un cinquième exemplaire, somptueux, peut désormais être ajouté à cette liste.

Le « trésor du Staffordshire » a été mis au jour en 2009 près de Lichfield, grâce à un prospecteur muni d’un détecteur de métaux. Il est considéré aujourd’hui comme la plus grande collection d’orfèvrerie anglo-saxonne jamais découverte. Malheureusement, tous les objets ont été rituellement détruits lors de l’enfouissement entre 650 et 700 apr. J.-C., et il n’en subsiste plus que 4000 fragments appartenant à environ 450-500 objets. Parmi ceux-ci, un tiers témoignent de la présence d’un casque en or et argent.

Après quatre ans d’étude, une équipe de spécialistes a décidé de recréer ce casque à partir du millier de morceaux le composant à l’origine, avec l’aide de l’école de joaillerie de l’Université de Birmingham, ainsi que des experts en menuiserie, en cuir et métallurgie. Financées en partie par Historic England, deux répliques de ce casque ont été faites pour le Birmingham Museum and Art Gallery, et le Potteries Museum and Art Gallery de Stoke-on-Trent, qui possèdent conjointement le trésor.

L’artefact se composait d’une structure en acier doublée de cuir, et recouverte d’un placage de panneaux dorés (un était en argent) figurant des animaux et des guerriers. Les éléments manquants ont pu être imaginé grâce à des comparaisons faites avec les autres casques existants, notamment celui de Sutton Hoo (trouvé dans le Suffolk en 1939), qui a fait l’objet d’un autre article sur ce blog. L’atelier de production est peut-être le même.

Comme tous les casques de cette époque, celui-ci était pourvu d’un cimier, mais les experts s’interrogeaient sur la présence ou non d’une crête en crin de cheval sur le dessus. Une crête de plumes serait également possible. Les deux reconstitutions ont été présentées pour la première fois cette année. Les photos ci-jointes de Aaron Chown/PA nous permettent d’en apprécier toute la beauté.

Be Sociable, Share!