U-96 ou U-505 ? Voulez-vous un U-boot ?

Base de la RochelleNous connaissons tous l’histoire terrible de ces convois britanniques, perdus dans l’Atlantique et seulement accompagnés de quelques escorteurs, poursuivis par des meutes de sous-marins allemands… L’évolution des armements alliés, la capacité à percer les codes de la Kriegsmarine, les progrès des sonars vont mener la vie dure aux sous-mariniers allemands, qui vont à leur tour connaître de terribles pertes. De cet aspect du conflit, il semble ne rester que peu de choses… pourtant… deux sous-marins sont encore là…

Jürgen Prochnow, commandand du U96Si la seconde guerre mondiale a inspiré de nombreux films, peu se sont essayés à restituer l’ambiance à bord d’un U-boot chassant dans l’atlantique. Wolfgang Petersen va s’y atteler, et réussir un film magnifique, Das Boot. Tourné en 1981, il raconte l’histoire  inspirée de faits réels mais romancée du U-96, basé à la Rochelle. Le Bâtiment, dont le commandant est incarné par un Jürgen Prochnow au sommet de Dans la baseson art, va alterner patrouilles dans l’Atlantique et une périlleuse mission en méditérannée.

Il s’agit probablement du film de guerre historiquement le plus réaliste réalisé sur le sujet – et cela a également été à l’époque le plus gros budget du cinéma allemand. Pour bien faire ressortir la dureté de la vie en vase clos, le réalisateur fait le choix de limiter au maximum les scènes en extérieur. Il alla même jusqu’à obliger les acteurs à ne pas sortir durant tout le tournage… Casquette_commandant_uboot_U96pour conserver leur pâleur de sous-marinier.

Si l’oeuvre aborde avant tout les aspects humains et le drame vécu par ces hommes, les scènes de combat n’en sont pas moins à couper le souffle… et le film vaut le détour. Il existe en version « courte » de 110mn, ou longue, de 5h30, et se trouve toujours assez facilement.

PériscopeSi après avoir vu le film et le U-96 vous voulez voir un vrai U-boot, sachez aussi que c’est possible… tous n’ont pas disparu. Le U-505 est exposé au musée des sciences de Chicago.

Il s’agit d’un des rares sous-marins capturés pendant le conflit, un équipage de prise américain ayant réussi à monter à bord et à désamorcer les charges de sabordage du bâtiment, au large des côtes de l’Afrique. Une dizaine d’années après la fin de la guerre, il va  remonter le Saint Laurent, et a atteint Chicago en passant par le lac Michigan…. puis en finissant par la route.

PU-505_Chicagoour finir, il faut savoir que les bases allemandes construites pendant la guerre sont toujours là… car elles ont été utilisées pour la plupart par la Marine Nationale jusqu’à la fin du siècle dernier. Si celle de la Rochelle est interdite à tout visiteur pour des raisons de sécurité, si Brest est encore en activité, Saint Nazaire et surtout Lorient se visitent toujours, et méritent un détour.

Be Sociable, Share!