Un Tigre flambant neuf….

Quand on parle de reconstitution historique seconde guerre mondiale, on pense immédiatement à de nombreux reconstituteurs en costume accompagnés de quelques véhicules historiques restaurés et chouchoutés par leurs propriétaires. Malheureusement, si les jeep sont nombreuses, les blindés sont bien moins fréquents. Les remettre en état de marche relève de l’exploit mécanique, et obtenir des pièces de rechange est souvent utopique.

Nous avons déjà eu l’occasion sur ce blog de vous parler de quelques belles pièces encore en état, comme les blindés du musée de Saumur, qui sortent finalement assez souvent (comme pour le salon rétromobile)  de la restauration d’un Panther par un collectionneur américain, ou encore d’un Marder construit sur un châssis de tracteur de char français Lorraine. Dans tous les cas, il s’agissait de pièces originales, remises en état.

Les reconstitutions de chars sont par contre beaucoup plus rares… Dans les faits, les seuls à pouvoir reconstruire un blindé sont les producteurs de films, comme Spielberg avec son mark 5 de « Cheval de guerre », qui est maintenant au musée de Bovington, en Angleterre. Nous sommes tombés il y a quelque temps sur un autre cas… bien moins connu. Il s’agit de la reconstitution d’un Tigre I, réalisée en onze mois pour le tournage du film « Tigre Blanc », en Russie.

L’histoire est un peu une transposition de celle de Moby Dick… Parmi les tankistes russes court une légende, celle d’un Tigre allemand, blanc, qui surgit au moment où on ne l’attend jamais, et qui disparait aussi vite qu’il est venu. Nul ne réussira à savoir qui il est ni d’où il vient, et il va anéantir tous les T34 soviétiques envoyés à sa recherche. Les scènes sont spectaculaires, et le Tigre est sans doute une des vedettes du film. Si en Russie on trouve de nombreux T34, les Tigre en état de marche font bien défaut.

Peu importe… le réalisateur va en fabriquer un de toutes pièces. De toutes pièces… ce n’est peut être pas si sur, car on a un peu l’impression qu’il va réutiliser des éléments de chars authentiques, mais bon… Comme on le voit sur les photos, le moteur qui l’équipe n’est pas un original, et la transmission, qui était un des points faibles de la bête, est remplacée par un solide cardan. Evidemment, le blindage n’en est pas un, mais comme il n’y a pas de chassis, le constructeur prévoit de souder des plaques d’une bonne épaisseur, et de rajouter quelques longerons.

Le résultat est plutôt spectaculaire : le char se déplace, la tourelle tourne, le canon est équipé pour tirer des fumigènes, la suspension fonctionne… et le film qu’il a fait a donné quelques images de combats de blindés que l’on aimerait plus souvent voir. On croise d’ailleurs les T34 et SU01 des studios russes dont nous avons déjà parlé. Ne loupez pas l’extrait du film joint !

Cerise sur le gâteau, après le tournage, la réplique a été mise en vente, quelque 350.000€, mais nous n’en savons pas plus… Si quelqu’un a des nouvelles de ce mystérieux Tigre blanc, qu’il nous fasse signe !

 

Be Sociable, Share!