Un trébuchet géant reconstruit en deux semaines…

Trébuchet, par Viollet le DucLe trébuchet est sans nul doute l’arme de siège la plus connue du Moyen-Age. Apparu au XIIème siècle, la réputation de l’arme était telle que le simple fait de la voir construite devant ses murs a conduit plus d’un château à se rendre…

L’engin fonctionne grâce à un contrepoids, à la différence des ballistes de l’antiquité ou des onagres. Une verge montée sur un bâti de bois supporte à une extrémité un contrepoids qui en tombant permet de lancer un projectile attaché à l’autre extrémité du bras, dans une sorte de fronde.

A la fin des années 90, la chaîne scientifique américaine Nova a l’idée d’un reportage pour le moins original : suivre une équipe d’historiens et scientifiques chargés de construire en deux semaines un trébuchet géant…

Les deux trébuchets de NovaLe site retenu pour l’expérimentation se situe au bord du Loch Ness, à côté du château d’Urquhart. Le 16 octobre 1998, une équipe de 60 personnes envahit les lieux, et vont commence à monter deux machines, l’une avec un contrepoids fixé sur le bras, et l’autre avec un contrepoids fixé dans une nacelle articulée. C’est bien évidemment la seconde qui s’avèrera la plus efficace et sur laquelle tous les efforts vont se porter.

Modele réduit de trébuchetLes modèles réduits ayant montré que le trébuchet tend à se soulever et à retomber lourdement sur le sol après le tir, avec les risques de rupture que cela implique. Les expérimentateurs ont alors l’idée d’ajouter à l’arme des roues, que l’on voit figurées sur bon nombre de réprésentations médiévales. Et là, surprise… le trébuchet tire plus loin, et se soulève bien moins…

premier tirLes travaux d’assemblage débutent donc dans la seconde quinzaine du mois d’octobre. Le bras de l’arme, en chêne, mesure 15m de long et le contrepoids est constitué de 7 tonnes de lingots de plomb. Les boulets sont taillés dans des blocs de pierre, et pèsent 150kg. Le 31 octobre, le bras est mis en place, et le trébuchet fera son premier tir le 1er novembre. Le premier point délicat est le réglage du mécanisme qui relâche la fronde.  Si le coup part trop tôt, le boulet monte à la verticale et retombe trop près. A l’inverse, si le boulet ne part pas, il revient fracasser le bâti. En pratique le brin de ciblela fronde devant être lâché au tir est fixé sur un crochet, dont l’inclinaison permet de déclencher le tir au moment voulu. Après réglage et au deuxième essai, le boulet ira à 150m.

Pour améliorer la puissance de l’arme, les reconstituteurs vont raccourcir la fronde, et surtout avoir l’idée de graisser le berceau sur lequel celle-ci repose et glisse au début du tir. La distance atteinte est alors de 180m, avec une vitesse mesurée à plus de 200km/h.

Chateau_de_CastelnaudIl faudra encore deux jours de réglage et d’essais pour atteindre la cible, une portion de courtine en maconnerie reconstituée, mais les tests seront concluants : le trébuchet fonctionne, et il a réussi a envoyer ses projectiles de 150kg sur la cible prévue !

En France, de nombreux sites permettent au visiteur de voir fonctionner trébuchets et couillards (version à double contrepoids), comme à Provins, aux Baux de Provence ou encore à Castelnaud en Périgord. Pour autant, aucun d’entre eux n’a la puissance du modèle reconstruit par Nova. La vidéo de l’expérimentation est toujours disponible, et vous pouvez en trouver des extraits en ligne assez facilement. 

Pour la petite histoire, le projectile le plus lourd jamais tiré par un trébuchet l’a été en août 2011 et en Australie… et il s’agissait d’une coccinnelle Volkswagen de 1968, qui a atterri 76m plus loin… mais on sort la de la reconstitution historique !!!

Be Sociable, Share!