Cas d’Ecole : comment s’emparer d’une flotte à cheval ?

hussardsVoici donc un cas qui ne figurera sans doute jamais dans les manuels et instructions militaires : comment s’emparer d’une flotte ennemie à l’aide d’une charge de cavalerie… Cela peut paraitre totalement farfelu, mais pourtant la chose s’est belle et bien produite durant les guerres de la révolution, et plus particulièrement le 23 janvier 1795 !

La scène se déroule durant la campagne de l’automne 1794, pendant laquelle le général Pichegru est parti à la conquête de la Hollande. Capture_flotte_hollandaiseIl prend ses quartiers d’hivers à Amsterdam, et apprend bientôt que la flotte hollandaise est positionnée au Helder, quelque 80km au Nord de sa position. Aussitôt, il y dépêche le général Jean Guillaume de Winter, avec un détachement du 8ème hussard et du 15ème léger. Pour la petite histoire, les fantassins auraient voyagé en croupe, ce qu’il ne faut sans doute pas ébruiter dans le monde de la cavalerie légère du Premier Empire ! Ses ordres sont d’éviter que la flotte hollandaise ne rejoigne les britanniques, ni que ceux-ci n’occupent le Helder.

Arrivés dans la nuit, nos hussards voient aussitôt que les bâtiments hollandais sont pris dans les glaces, ne pouvant ni bouger ni utiliser leur artillerie pour se défendre contre des assaillants arrivant au charge enneigéeniveau de l’eau. Et c’est là que la légende commence… Le lieutenant colonel Lahure lance ses hussards à l’assaut sur la glace, qui supporte leur poids sans céder, et fait escalader les bordages à ses cavaliers secondés par l’infanterie légère. Surpris par cette arrivée inattendue, les marins hollandais vont se rendre…

Cet épisode, immortalisé par plusieurs tableaux connus, a été annoncé en France par un article célèbre publié par Lahure, dans l »Echo de la frontière ». On imagine immédiatement la scène, les hussards chargeant avec fougue, leur sabre au clair, escaladant les bâtiments et forçant les pauvres marins à se Texel_1795rendre. La réalité est sans doute un peu différente, et plusieurs indices nous l’indiquent bien… Tout d’abord, ni Lahure ni Winter ne mentionnent de combats, mais juste une reddition « de bonne grâce ». Une lettre du médecin chef d’un des bâtiments rapporte que le samedi matin, il a été réveillé par son serviteur qui lui disait qu’un hussard français isolé était à côté du bâtiment, ce qu’il vit lui même.

buste-du-general-lasalleLa situation politique de la Hollande, sortant d’une complexe guerre civile entre orangistes patriotes et régents était peu claire, et il semble bien que la flotte ait eu pour instruction de ne pas s’opposer aux forces françaises, après la fuite du prince héréditaire en Angleterre. L’intervention des hussards aurait eu juste pour effet de négocier le maintien du status quo, en attendant des instructions plus claires. L’envoi de De Winter, un ancien officier de marine hollandais, n’était sans doute pas un hasard.

Nul ne saura exactement la vérité, mais reconnaissons que le mythe de la charge héroïque sur la glace, qui n’aurait pas déplus au général de la Salle, mérite tout de même de perdurer !

 

 

Be Sociable, Share!