La Czapska des lanciers : plus d’un siècle d’évolution

Shapska_de_lancier_de_la_garde_imperiale

Garde, Premier Empire

Nous avons déjà consacré un article aux emblématiques lanciers polonais du Premier Empire, et à leurs exploits à la bataille de Somosierra pendant la campagne d’Espagne, qui sont à l’origine de l’expression « saoul comme un polonais ».  Nous n’avions alors pas abordé la question de leur uniforme, caractérisé par une coiffe polonaise traditionnelle, la Czapska ou Shapska. (http://blog.armae.com/%c2%ab-saoul-comme-un-polonais-%c2%bb.html ).

Napoléon, entrera en Pologne accompagné par une garde d’honneur formée de l’élite de la noblesse du pays. Impressionné par leur tenue, il la prendra à son service, formant ainsi le régiment de Chevau-légers polonais dans sa vieille Garde, qui deviendra vite les lanciers polonais après leurs premiers exploits à Wagram, où ils s’emparèrent des lances des Uhlans autrichiens et les manièrent à leur avantage.

La coiffe de nos lanciers allie un sommet carré, nommé le pavillon, à une base cylindrique enserrant la tête du combattant, elle même entourée d’un turban de peau. Des baguettes de jonc arment une structure formée de carton et de toile cirée, et la visière est dotée d’un élégant cerclage.( http://www.armae.com/contemporain/142shakos.htm#shapska ).

Czapska_de_lancier_d_orleans_1830

Lancier d'Orléans, 1830

A la fin de l’Empire, les lanciers seront supprimés dans la Ligne. Ils seront heureusement rétablis en 1830, sous le nom de lanciers d’Orléans. Ils porteront un uniforme rouge, en souvenir des lanciers rouges de la Garde Impériale, et bien naturellement une Shapska. Celle-ci a toutefois évolué par rapport à son homologue du début du siècle : suivant la tendance du shako, le fut devient plus étroit, mais la taille du pavillon reste la même, et la coiffe reste ornée de la plaque au soleil rayonnant caractéristique.

Czapska_second_Empire

Garde, Second Empire

Sous Napoléon III, cette tendance va se poursuivre, le  fut s’étranglant encore davantage. La plaque au soleil rayonnant persiste dans la Garde, devenant par contraste encore plus imposante. Les attaches de jugulaire sont toujours décorées par des lions, mais ceux-ci sont à présent de bien plus grande taille.
Czapska_troupe_second_Empire

Ligne, Second Empire

Dans la ligne, la coiffe est plus simple, et se limite à une simple bombe surmontée d’un pavillon, toujours carré. La jugulaire y est simplifiée, et la plaque a disparu.

Les lanciers disparaîtront en France sous la troisième République, mais perdureront en Allemagne, Angleterre, Belgique, Russie,  Italie jusqu’à la grande guerre.
La coiffe connaîtra au XXème siècle son ultime évolution, avec un pavillon diminuant encore en taille, et simplement posé sur la bombe du casque. Cette photographie représente un groupe de sous-officiers de l’armée belge, à l’aube du siècle dernier, portant fièrement leur shapska, héritière des splendides coiffes du Premier Empire.
Lanciers-Armee-Belge
Be Sociable, Share!