Un centenier du Bas-Empire romain

Les Herculiani Iuniores, que nous avons déjà présentés par le passé (voir : http://blog.armae.com/connaissez-vous-les-herculiani-iuniores.html ), ont récemment réussi à reconstituer l’apparence d’un centenier d’une légion palatine au milieu du IVe siècle ap. J.-C. Comme tous les légionnaires de l’époque, celui-ci porte un équipement complet, comprenant un casque, une armure, une soubreveste et des jambières.

Le casque est typique des normes de fabrication de l’Empire romain tardif, en usage de la fin du IIIe siècle au début du Ve siècle. Il fait partie de la famille des Kammhelme (casques à crête), renforcé par l’ajout d’un nasal qui barre le visage. Officier promu, ce casque offert au nom de l’empereur est enrichi de décorations et d’un plaquage d’argent doré, à l’image du modèle de Jarak, retrouvé dans les Balkans actuels.

La lorica squamata, l’armure d’écailles, est faite de petites lames d’alliage cuivré en forme de squames, agrafés entre elles par des attaches de fer et cousus sur un support de cuir et de lin. La cuirasse d’écailles est l’armure la plus représentative de l’époque romaine tardive. Par exemple, sur un bas-relief conservé aux Musées du Vatican et un des derniers vestiges de l’arc de Dioclétien, deux soldats portent des cuirasses d’écailles longues de différentes dimension, descendant jusqu’aux poignées et à mi-cuisse. L’usage d’écailles de bronze, abrasées d’argent ou recouvertes d’or sont aussi un signe de statut important et l’apanage des plus hauts gradés. Le centenier, tout comme le légionnaire d’élite, porte une cuirasse longue, contrairement à l’officier qui arbore une cuirasse courte, dite lorica minor dans les textes de références.

Sous la cuirasse, ce centurion porte un vêtement rembourré amortissant le poids de l’armure, ainsi que les coups reçus de l’ennemi, fait de laine douce, de feutre et de lin, appelé thoracomachus. Cette protection rembourrée est encore recouverte d’une casaque en cuir, appelée globa. Ces ensembles constituent les protections du haut du corps.

Les jambes sont, quant à elles, protégées par des jambières s’arrêtant sous le genou, la taille du bouclier étant suffisante pour protéger l’ensemble du corps de l’épaule au genou.

Merci à Guillaume M. pour ces excellents documents.

la suite dans le prochain numéro…

 

 

Be Sociable, Share!